Les questions à se poser avant d'ouvrir une assurance vie

Parmi les questions à se poser avant de choisir un contrat d'assurance vie, il faut réfléchir à son objectif personnel : est-ce de constituer un 
patrimoine à partir de rien ? Préparer sa retraite ? Préparer sa succession ? Placer de l'argent dans un contrat sécurisé avant d'acheter une maison ? Réinvestir un héritage ou le résultat d'un placement ou de stock options ? Préparer les études d'un enfant ? Investir dans des actions à travers le monde en bénéficiant d'un cadre sécurisé ?

La réponse à ces questions permet de définir son horizon d'investissement, c'est-à-dire la durée pendant laquelle on envisage de constituer son capital. Cette durée détermine le niveau de risque qu'on est prêt à prendre pour booster son épargne, ou au contraire si on préfère choisir la sécurité avant tout.

Il faut aussi regarder les frais : quel est le niveau de frais que prend l' assureur à chaque versement ? Et les frais prélevés chaque année sur l'épargne accumulée ? Les frais perçus pour les arbitrages entre fonds en unités de compte ? Globalement, le système de frais est-il lisible, compréhensible ?

    D'autres points à décider pour une souscription d'assurance vie sont, en particulier :
  • le montant du versement initial à l'ouverture du contrat ;
  • le montant des versements programmés (mensuels, trimestriels, annuels), ou pas : le souscripteur peut aussi seulement faire des versements libres, à son rythme ;
  • dans le cas d'un contrat multisupport, le profil de gestion et l'allocation entre les différents supports : quel pourcentage mettre sur le support garanti et sécurisé en euros, quel pourcentage sur tel et tel support en unités de compte (fonds OPCVM, SICAV de stratégies plus ou moins risquées) ;
  • quelles options, si elles existent, pour protéger les plus values ou sécuriser le capital ;
  • le type d'imposition pour les plus values ;
  • la personne désignée comme bénéficiaire en cas de décès du souscripteur, par défaut : héritiers, conjoint et enfants ;
  • les coordonnées détaillées du souscripteur et le cas échéant du ou des bénéficiaires. Important pour éviter que le contrat reste bloqué chez l'assureur faute de coordonnées à jour...

En cas de regret, le souscripteur bénéficie d'un délai d'un mois pour se rétracter et annuler la souscription de son contrat. Il suffit d'envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à son assureur.

Comments